samedi 31 octobre 2020
CONTACT

CONFESSIONS GOURMANDES

Tous les articles

François-Régis Gaudry

5 mai 2020
Goûteur insatiable et chroniqueur prolixe

Ce journaliste gastronomique aux allures humanistes défend les produits et les hommes sur les ondes de France Inter et de Paris Première. Il distille aussi ses coups de cœur pour l’Express Styles. Le point sur ses préférences sucrées…

Comment déguste le professionnel que vous êtes ?

D’abord avec mes sens ! J’appréhende la beauté d’un gâteau. Et puis un plat ou un dessert ne sont pas qu’une liste d’ingrédients. L’atmosphère lors de la dégustation, le petit morceau d’histoire que raconte la recette comptent. Sans parler du fait que je sois habité de sentiments : la passion, la nostalgie et même la tristesse. D’ailleurs, le gâteau qui console existe…

D’où vous vient cette passion ?

J’ai eu la chance de grandir dans une famille nombreuse, à Lyon, où il y avait un jardin immense avec des fleurs, un potager et des arbres fruitiers. Je garde aussi le souvenir de mes oncles corses, chasseurs et pêcheurs. Je reste profondément attaché à la nature et de ce fait, j’apprécie particulièrement les saveurs sauvages.

Votre saveur fétiche ?

Je suis un inconditionnel de la guimauve à la vanille. J’aime aussi la texture et les parfums des fruits secs. Enfant, maman mettait dattes, pruneaux et amandes en farandole dans notre assiette du début de l’automne jusqu’à la fin de l’hiver.

Un souvenir sucré de votre enfance ?

Le fiadone de ma grand-mère de Bastia, une tarte que l’on pourrait appeler le « cheese cake corse », faite de brocciu, un fromage frais à base de brebis, aromatisé aux agrumes.

La place de la gourmandise dans votre vie ?

Je suis un picoreur, un grappilleur, comme l’oiseau qui va de branche en branche. J’adore goûter !

Que pensez-vous du succès médiatique des chefs pâtissiers ?

Il était temps ! En dehors de Gaston Lenôtre et d’Yves Thuries, les chefs pâtissiers sont restés trop longtemps dans l’ombre des chefs.

Avez-vous des petites manies ?

J’aime m’acheter par exemple des marrons glacés. J’ai des petits rituels que je pratique au quotidien comme balader ma fourchette dans l’assiette de mes convives lors des déjeuners !

Un péché à partager ?

Les bonbons anciens à croquer… en famille : la bergamote de Nancy que ma mère adorait et les guimauves vanillées.

Si vous étiez une sucrerie ?

Le praliné… Le gianduja de Turin ! Si aromatique !

Issu du magazine "Desserts" Automne – Hiver n°13 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *