samedi 24 juillet 2021
CONTACT

CONFESSIONS GOURMANDES

Tous les articles

Carole Bouquet

23 février 2021
Les sens en éveil

Comédienne et égérie comblée éprise de liberté et de voyages, elle a toujours su échapper à toute fixité. Dans ses veines coule la culture du plaisir et des saveurs. Desserts a rencontré une femme heureuse.

Votre dessert préféré ?

Celui qui me comble est celui que Pierre Hermé a créé pour moi*. Nos conversations autour des différentes versions du gâteau à l’amande ou à l’huile d’olive vanillée – les papilles totalement éveillées par ce que l’on goûtait – me mettaient dans un état proche du bonheur. Pierre évoque à travers ce dessert une manière de vivre, un rapport à l’autre, agréable et léger. C’est rare et tellement charmant. C’est comme la venue du Père Noël pour un enfant. Je ne sais si les pâtissiers se rendent compte à quel point ils font rêver.

La place de la gourmandise dans votre vie ?

Essentielle ! Je ne peux pas manquer de couleurs, de saveurs, de voyages… Je mange avec les yeux, les couleurs sont importantes ! La gourmandise n’est pas qu’une philosophie, elle est très palpable et agite l’âme et les sens. Il y a toutes sortes de moments pour la gourmandise : des moments où rien n’est raisonnable et où pourtant tout est harmonieux. C’est l’excès dans la joie ! D’autres fois, des moments de dégustation, plus posés… Et sans être vraiment zen – les gens qui le sont m’ennuient profondément –, j’avoue que trop d’enthousiasme finit par être quelquefois fatiguant !

Un souvenir d’enfance ?

Atrocement terne avec un père qui ne mange pas (ndlr : la comédienne a été élevée par son père). L’austérité donc, contraire à l’éveil sensoriel qui ne m’est venu qu’à travers la découverte du Midi. J’y ai découvert les marchés en toute liberté, la lumière, les saveurs… Ça m’a enchanté, ouvert l’appétit de vivre ! C’était comme de passer du noir et blanc à la couleur.

Idéalement vous feriez quoi l’après-midi ?

Marcher, nager, lire.

Si vous étiez une sucrerie ?

Une religieuse au café avec une montagne de crème Chantilly. La texture de la chantilly, ah c’est une catastrophe, c’est la douceur même.

Un péché à partager ?

Le Sangue d’Oro** qui reflète la lumière que j’aime, juste à la limite de l’orient. Ce vin matérialise le rêve d’une île.

* « Gâteau de Mademoiselle Bouquet » : biscuit dacquoise pistache, marmelade de mandarines amères, figues rôties, crème au lait d’amande et fleur d’oranger, figues et poires fraîches.

** Carole Bouquet possède des terres sur l’île de Pantelleria au sud de la Sicile et en face du cap Bon (en Tunisie), où elle produit un vin liquoreux et cultive câpriers, oliviers et amandiers. 

Issu du magazine "Desserts" Printemps – Été n°7

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *